Les classes Soleil

logo Saint Do logo A tire d'Aile


Le regard de la société sur les personnes handicapées est en train doucement d’évoluer et nous le savons tous, cette évolution se fera en prenant le problème à la source, c’est-à-dire l’éducation de nos enfants et donc l’école. Les enfants pour lesquels l’enjeu de la scolarisation précoce a le plus d’impact sont bien nos petits autistes.

Malheureusement, leur intégration à l’école fait peur, pose le problème de la formation des accompagnants, engendre des coûts que l’éducation nationale n’est pas prête à assumer, et surtout se solde trop souvent par un échec à l’arrivée en CP du fait des troubles du comportement non réglés qui bloquent les apprentissages scolaires.

L’école Saint Dominique (Hauts-de-Seine) accueille depuis la rentrée de Septembre 2009 six petits enfants autistes âgés de 3 à 6 ans dans une classe maternelle spécialement dédiée à leur handicap (autisme lourd avec troubles du comportement mais sans handicap associé) : la Classe soleil.

Elle fonctionne comme une classe ordinaire :

  • Participation financière des parents identique aux autres classes de maternelle.
  • Idem pour les horaires et accès aux espaces communs de l’école (cantine, récréation, chapelle…).


Elle est financée par l’Education Nationale avec l’attribution d’un poste de professeur des écoles spécialisé ainsi que celui d’une auxiliaire de vie scolaire (AVS). Le complément d’environ 13.000€ par an et par enfant reste à la charge de l’établissement Saint Dominique et de ses partenaires (collectivités, mécénat d’entreprise ou de particuliers). Il couvre l’emploi du reste du personnel (2 aide-maternelles et 2 psychologues stagiaires) ainsi que les frais administratifs et l’aménagement des locaux.

L’équipe d’encadrement au complet ainsi que les parents des jeunes élèves ont suivi une formation au PECS (système de communication par échange d’images) et à l’ABA fonctionnel (analyse appliquée du comportement) pendant une semaine et SUR PLACE. Cette formation permet d’accueillir les enfants dans les meilleures conditions dès les premiers jours.

Une convention a été signée entre l’école Saint Dominique et le CHU Robert Debré via son service de pédopsychiatrie. Ce dernier a posé le diagnostic précoce, puis organise le suivi régulier des enfants et des familles tout au long de l’expérimentation.

La Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) est sollicitée pour constituer le dossier d’admission et organiser les transports des enfants qui viennent des communes avoisinantes des départements 78, 92, 93.

Les enfants progressent au quotidien à l’aide d’un système de communication très adapté (PECS) qui permet à l’enseignante de suivre le programme de la maternelle classique et préparer les enfants au CP. Régulièrement ils se mêlent à leurs futurs petits camarades en les rejoignant dans leurs classes.

photo d'enfant accompagné “L’idée est qu’au terme des 3 ans de cette classe maternelle adaptée, les enfants puissent intégrer une classe de CP ou à défaut une grande section” déclare Georges Angles, directeur du premier degré. “Après 2 ½ ans d’expérience, 2 enfants sont déjà intégrés dans des classes ordinaires et ont fait place à 2 plus petits diagnostiqués par le service de pédo psychiatrie du CHU Robert Debré ; et à la fin de l’année 2012, 3 autres petits élèves iront en CP car la suite du parcours est également possible dans l’établissement qui s’est engagé à scolariser ces enfants au maximum de leur possibilités.”


En même temps, cette expérience entre bien dans la charte de l’établissement, qui entend donner une place aux plus fragiles.

L’extrême originalité de ce système est qu’il donne le maximum de chances à l’enfant d’évoluer au mieux de ses capacités en raison de la précocité de la prise en charge (les 3 premières années sont absolument décisives pour l’avenir), sa haute technicité et l’inclusion immédiate dans l’école. Leurs progrès sont absolument extraordinaires : arrivés mutiques et incapables d’accepter la moindre discipline, ils ont TOUS développé le langage verbal, appris à se comporter dans une classe et sont devenus de futurs écoliers prêts à aborder le programme scolaire classique.

Cette expérimentation s’appuie sur une évaluation rigoureuse et scientifique des résultats grâce à une convention avec le CHU Robert Debré. Une évaluation externe est également en cours par Madame Valérie Debuchy, conseillère technique du Cabinet de Monsieur Luc Chatel. Nous avons également reçu le 17 novembre dernier la visite de Madame Christine Philip de l’INSHEA qui a souhaité s’inspirer de la Classe Soleil pour matérialiser le module de formation autisme e-learning commandé par l’éducation nationale.

Elle mérite d’être dupliquée dans les autres écoles de France car c’est une réponse des plus adaptées et prometteuses à l’heure actuelle pour permettre d’aider durablement les enfants autistes dans le respect et les recommandations de la loi de 2005.

En conclusion : la Classe Soleil a pour but de donner à l’Education Nationale une réponse concrète et validée à l’exclusion encore trop généralisée des enfants autistes avec troubles du comportement.

  • Elle offre au personnel dédié à la classe une formation adaptée et qualifiante SUR PLACE résolvant ainsi le problème épineux de la formation des AVS.
  • Elle suscite des vocations auprès de nos jeunes psychologues trop peu formés et sensibilisés à l’accompagnement des personnes autistes dans leurs écoles ou facultés.
  • Elle est accessible à tous les parents sans ségrégation par l’argent.
  • Elle est soucieuse de la continuité du suivi de l’enfant tout au long de son cursus scolaire.
  • Enfin, la “prise en charge” d’un enfant dans la Classe Soleil coûte 150€/jour soit 3 fois moins que l’hôpital de jour. Et elle ne dure que 3 ans, pas toute une vie !